@#%&*! Smilers, de Aimee Mann

Publié le

Divine surprise en ce moi de juillet : un nouvel album d'Aimee Mann !
Celle qui sera a jamais marquée par le succès de la bande originale du film Magnolia de Paul Thomas Anderson nous revient pour un septième album studio très réussi.
Les chansons d'Aimee Mann ont ceci de particulier qu'elle font lentement leur chemin en vous. A la première écoute, on peut ressentir un léger sentiment de déception, mais plus on écoute l'album, plus les chansons s'imposent à nous.
Avec @#%&*! Smilers, on est en territoire connu : des chansons mid-tempo, une voix un peu boudeuse (Aimee semble chanter en faisant la moue), une production qui rappelle les albums produits par Jon Brion, des cuivres par ci, des violons par là, un peu moins de guitare électrique qu'à l'accoutumé, au profit de claviers jamais froids (wurlitzer, clavinet, etc.), des coeurs qui font mouche. Et toujours ce talent mélodique, ces refrains qui décollent invariablement. Aimee Mann a sûrement un secret, une recette que des musiciens pourraient sûrement identifier, mais je préfère rester dans l'ignorance et me délecter de ces mélodies pop imparables !
Alors que The Forgotten Arm était un concept album suivant le trajet d'un couple d'amoureux, l'album @#%&*! Smilers popose treize chansons qui sont autant de chroniques de la vie quotidienne. "Freeway" raconte l'histoire d'un drogué qui essaye de devenir clean ; "looking for nothing" évoque  ce moment dans la vie où l'on abandonne l'objectif dont on pensait que l'atteinte nous rendrait heureux... vous l'avez compris, Aimee Mann s'attaque à des sujets sérieux, avec un brin de mélancolie, mais la beauté des mélodies permet d'éviter tout misérabilisme.
Parmi les plus belles chansons, je retiendrais "Stranger into starman" et "It's over" (they don't give unlimited chances in life/they'll hand you the knife/and tell you to cut it or run / so baby let's run").

A écouter : @#%&*! Smilers, d'Aimee Mann, SuperEgo Records, 2008

Publié dans CD et DVD musicaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article