Ma'at (première partie), de Simon G. Phelipot

Publié le par François

 Tout d'abord, il y a la beauté des images. Chaque vignette de Ma'at, la bande dessinée créée par Simon G. Phelipot est une oeuvre en soi, au propre comme au figuré : ce sont des peintures à l'huile photographiées et retravaillées à l'ordinateur. Dans ces conditions, on comprend qu'il ait fallu quarante mois à son auteur pour venir à bout du premier tome de cette trilogie !

Ensuite, il y a l'histoire. De la science-fiction : des phénomènes étranges se produisent dans un futur pas si éloigné ou le monde est aux mains de multinationales qui ont supplanté les états. L'origine de ces phénomènes étranges est une jeune fille, qui semble dégager une énergie considérable ; on la suit, en train de se remémorer, de manière fragmentée son passé. Il est question de disparitions mystérieuses, d'amour, de manipulations génétiques.

Il faut se laisser porter par la force des images, qui sont souvent proches de l'abstraction, et il est nécessaire d'effectuer plusieurs lectures pour bien rentrer dans cette oeuvre ambitieuse. Si Simon G. Phelipot avait été cinéaste, disons dans les années 60, il aurait peut-être réalisé 2001 : l'odyssée de l'espace à la place de Stanley Kubrick...

 

A lire : Ma'at (première partie), de Simon G. Phelipot, éditions Carabas, octobre 2007, 95 pages, 18 €.

Publié dans Bande dessinée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article