Concerts du CG Quartet et du Pierre de Bethmann Septet, dans le cadre de Jazz à l'Ouest, le 13/11/07

Publié le par François

Depuis 6, 7, 8 ans, le festival Jazz à l'Ouest a pris l'habitude de se délocaliser au Tambour-Auditorium de l'Université Rennes 2.
On pouvait craindre, sans aucune prise de partie pour ou contre, que le mouvement étudiant contre la LRU ne mette en péril la soirée du 13 novembre. Mais comme l'a fort bien dit la responsable du service culturel de l'Université, nous nous situions en zone libre (le reste de l'université étant occupé), les étudiants respectant la culture.
La soirée s'est ouvert par le set du CG Quartet, lauréat du Tremplin All Jazz(s) qui se déroule traditionnellement durant l'autre festival de jazz phare de Rennes, la Harpe en Jazz.
Un quartet jouant exclusivement des compositions originales, dans une veine contemporaine qui m'a fait penser aux morceaux du Moutin Réunion ; on m'a aussi parlé de Chris Potter, comme univers proche, mais je dois avouer ma méconnaissance de son oeuvre...
Après un morceau de réglage, Rinouk Rider (saxophones), Dexter Goldberg (piano), Damien Roche (batterie) et Simon Désert (contrebasse), nous ont donc offert leurs belles compositions, complexes, "Written down the cottonfield", "Higher and ailleurs", "Smells like end of holidays", "Salvador's museum"... Les membres du quartet sont tout jeunes (entre 19 et 25 ans), mais leur musique est prometteuse, même si les prises de paroles, autrement appelées "solo" sont encore un peu toujours sur le même schéma, de même que la structure des morceaux. A signaler que les titres joués figureront sur un album à venir, qui sera leur second (déjà !).
Après le changement de plateau, est monté sur scène un groupe au casting de rêve : le Pierre de Bethmann Septet. Emmené par le pianiste régulier du Moutin Réunion (encore eux !), Jeanne Added (voix), Sylvain Beuf (Saxophone alto), Stéphane Guillaume (saxophone ténor), Michael Felderbaum (guitare), Vincent Artaud (contrebasse) et Franck Agulhon (batterie).
Une véritable famille musicale, à laquelle auraient pu s'ajouter David El Malek, Thomas Savy, Pierrick Pédron...
L'avant-dernier album de Pierre de Bethmann s'appelait Complexe, et effectivement, les morceaux sont assez complexes, très écrits, mais le résultat est absolument superbe : de longues intros au Fender Rhodes ou  à la guitare qui amènent le thème, joué par les saxophonistes, le guitariste, la chanteuse, avec un superbe jeu sur les timbres de ces quatre "voix".
L'une des grandes réussite de cette formation est sûrement le rôle de Jeanne Added : considérée comme une instrumentiste à part entière, elle ne chante pas de parole, mais simplement des sons, ce qui m'a renvoyé à des ambiances très seventies (Flora Purim sur Light as a feather, de Chick Corea, Les Northettes de Hatfield and the North...).
Sur cette base, Pierre de Bethmann nous a proposé des morceaux très variés, tour à tour contemplatifs ou explosifs, laissant une bonne marge aux solistes, notamment Stéphane Guillaume, qui par deux fois nous a emmené très haut avec lui. Michael Felderbaum, en re-recording, nous a démontré que technologie et émotion pouvaient parfaitement cohabiter.
Un concert jazz électrique et électrisant, qui donne absolument envie d'écouter l'album Oui (Nocturne), sorti au printemps 2007, d'où étaient tirés les morceaux joués ce soir.

A écouter : Oui, de Pierre de Bethmann, Nocturne, 2007.

PS : Yann Renoult, photographe, m'a signalé qu'il avait couvert le festival, et notamment ce concert. Vous pouvez retrouver ses photos en cliquant ici.

Publié dans Concerts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article