Shara, de Naomi Kawase

Publié le

Nous sommes à Nara, au Japon. Deux frères jumeaux, Kei et Shun, jouent à courir dans les ruelles de l'ancienne capitale du Japon. Soudain, au détour d'une ruelle, Kei disparaît.
Quelques années plus tard, nous retrouvons Shun, qui est devenu un adolescent taciturne. Sa mère (interprétée par la réalisatrice elle-même) est à nouveau enceinte, lorsque que la polise apprend à la famille que Kei a enfin été "retrouvé", mort. On ne saura rien des raison de cette mort... Avec Shara, Naomi Kawase ne nous offre pas le thriller que laissait supposer le début de l'intrigue, mais une chronique intimiste et profonde.
Shara est en effet un film sur le deuil, sur le retour la vie... Celle-ci est notamment portée par l'amie de Shun, Yu, jeune fille bourrée d'énergie, tendrement amoureuse de Shun, qui elle aussi apprendra bientôt un grand secret sur son enfance...
Naomi Kawase mêle habilement scènes de fictions et scènes documentaires qui semblent être prises dans le quotidien des habitants de la ville, qui s'apprête à célébrer une grande fête traditionnelle, qui consiste en un défilé de danseurs dans la rue.
Cette fête est sûrement l'occasion d'une des plus belles scènes du film, moment cathartique où tous les personnages sont réunis autour de Yu, qui mène la danse...
Autre scène admirable : lorsque, pour une raison que vous découvrirez en voyant le film, Shun et Yu refont en courant le chemin que les jumeaux avaient fait au moment de la disparition de Kei.
Naomi Kawase nous offre aussi quelques échappées contemplatives dans le jardin familial, où les liens dissouts par le traumatisme de la disparition.
Ce film est une merveille d'intelligence et de sensibilité, à découvrir d'urgence !

A voir : Shara, de Naomi Kawase, en DVD, 2004

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article