"Anachronismes et autres manipulations spatio-temporelles", exposition à la Zac 40mcube, à Rennes, du 30/04 au 19/07/08

Publié le

Pour le second volet du projet "Anachronismes et autres manipulations spatio-temporelles", l'espace d'exposition 40mcube, sise sur les quais, à Rennes, au 39-40 avenue du Sergent Maginot, a offert son espace d'exposition de la Zac à cinq artistes qui ont exploré le thème des "anachronismes et autres manipulations spatio-temporelles".
La première chose qui frappe quand on entre dans le lieu d'exposition est l'unité visuelle des oeuvres proposées, qui quasiment toutes sont fondées sur l'utilisation du noir et blanc.
Au centre de la salle trône l'imposante Meurtrière proposée par Nicolas Milhé. L'artiste propose un bloc noir monolithique qui n'est pas sans rappeler celui de 2001, l'Odyssée de l'espace, simplement fendu en son centre d'une meurtrière, cet élément qu'on retrouve dans de nombreux chateaux-forts. Transformé un élément architectural en oeuvre d'art en soi, voilà ce que fait Nicolas Milhé. On est tout de suite tenté de se pencher pour regarder à travers la meutrière, ce qui donne une vision particulière, partielle des autres oeuvres exposées.
Les pièces qui ont ma préférence sont sûrement celles de Renaud Auguste-Dormeuil. Grâce à un logiciel utilisé par les astronomes, il a pu recréer les cieux que l'on pouvait voir la veille de quelques-uns des grands événements ou catastrophes qui ont rythmé notre siècle : Le débarquement en Normandie, Nagasaki, l'attentat contre le World Trade Center... En général, l'observation du ciel provoque chez les non initiés à l'astronomie divers sentiments : admiration devant la beauté de la nature, communion avec elle, prise de conscience de la fragilité de la vie sur Terre... Resentir ces sentiments, et revecoir le ciel sur la tête le lendemain, c'est ce qu'arrive à nous faire expérimenter Renaud Auguste-Dormeuil. Le format des oeuvres - un rectangle noir allongé - les fait ressembler à autant de stèles, mais cela n'a pourtant rien de funèbre.
Avec Michel Guillet, nous explorons les contrées de l'imaginaires avec deux dispositifs qui nous font plonger dans la quatrième dimension : une échelle posée sur un  trou noir dessiné façon bande dessinée sur le mur ; une double porte, elle aussi noire, avec de vraies poignées fixées au mur ; ces deux oeuvres nous incitent à nous poser des questions telles que : et s'il y avait quelque chose derrière ce mur, et si ce quelque chose faisait soudain irruption dans l'exposition. Ces deux installations renvoient à tout un univers de science-fiction.
Je passerai rapidement sur l'installation vidéo de Dionis Escorsa, sur laquelle je n'ai pas pris assez le temps de me pencher (une nouvelle visite s'impose !), mais l'oeuvre la plus intrigante est sans aucun doute celle proposée par Amala Hély et Guillaume Robert, Global Garden ou les jardiniers suspendus. Elle est constituée de deux parties : une carte du monde astucieuse, où des parcours de vie sont tracés de couleurs différentes. On peut ainsi suivre les pérégrinations à travers le monde de huit personnages, pendant qu'une frise sous cette carte évoque des cycles d'une mythologie proche orientale. Parallèlement, une vidéo est projetée, Clarence, où des bouts de phrases sont projetées sur un écran... C'est au visiteur de chercher des liens entre ces différents élements, puisant dans sa propre mythologie, dans ses propres références. Une oeuvre ouverte, assez envoûtante, qu'il faut cependant prendre le temps d'appréhender.
L'espace d'exposition 40mcube propose avec cette expositions de riches voyages dans l'univers, dans les sensations. Une exposition richeet ouverte, dans laquelle il faut prendre le temps de s'installer


A voir : "Anachronismes et autres manipulations spatio-temporelles", exposition à la Zac 40mcube, 39-40 avenue du Sergent Maginot, à Rennes, du 30/04 au 19/07/08. Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h. Fermé les jours fériés. Renseignements au 02 23 35 06 42 ou par mél : contact@40mcube.org


Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article