La mythologie de l'Ouest dans l'art américain, 1830-1940, exposition au Musée des Beaux-Arts de Rennes, jusqu'au 18/05/08

Publié le

Le Musée des Beaux-Arts de Rennes propose jusqu'au 18/05/08 une exposition sur le thème de La mythologie de l'Ouest dans l'art américain. Une exposition qui se présnet sous forme thématique : Un monde habité, l'Ouest romantique, le paysage rêvé, l'épopée, le triomphe de l'illustration...
On hésite longuement à identifier le statut des oeuvres : oeuvres d'art, documents historiques ? Car force est de constater que la plupart des peintres représentés ne semblaient pas être de grands peintres, à commencer par George Catlin, qui a été un des premiers à représenter des Indiens. On frôle quelquefois le kitsch (des ciels un peu trop roses, une cascade avec un effet de lumière assez surpenant...), mais ces peintures sont des témoignages incontestables de ce que leurs auteurs pouvaient voir lors de leurs périgrinations dans le Grand Ouest.
Au fil de l'exposition, on voit les peintres suivre les modes européennes, et ce n'est qu'en toute fin de parcours que les peintres américains semblent trouver leur propre style...
Certaines peintures sont cependant dignes d'intérêt, au-delà de leur sujet, et celles qui m'ont particulièrement plu sont les suivantes :
- d'Albert Bierstadt (1830-1902) :
        - La rivière de la Merced à Yosemite (1868) (visible ici)
        - Half Dome, vallée de Yosemite (1866) (visible ici)
        Alfred Bierstadt a étudié à Düsseldorf ; il est très marqué par le romantisme allemand, et on ne peut s'empêcher de penser à Caspar David Friedrich quand on voit ses paysages monumentaux, où les humains semblent minuscules...
- de Newell Convers Wyeth, le chant de l'aigle qui épouse le tonnerre (1916) (visible ici). Ici, on est plus du côté de la peinture symboliste mystique, avec un beau point de vue et un sens certain du mouvement.
- de Conrad Buff, La route vers l'Ouest (1934), dont on peut voir d'autres oeuvres ici. De loin, le paysage ressemble à un gros brownie ; quand on s'approche, on remarque une diligence, au premier plan, dans une position des plus périlleuses, en train d'escalader la montagne ; quand on s'approche encore, on s'aperçoit que le tableau est composé de petits traits, à la manière pointilliste.
- de Norman Rockwell, La diligence (the stagecoach) (1966) (visible ici) : une oeuvre qui rend merveilleusement bien le mouvement de la diligence, sur fond de montagnes ; cette peinture a été réalisée pour un remake de Stagecoach, le film de John Ford, avec John Wayne inspiré de Boule de Suif de Maupassant ; apparemment, le seul intérêt de ce film est son affiche...
- Les portraits d'indiens d'Antoine Tzapoff, plus récents, dont Scout, de 2004 ; saisissants de réalité.
Pour une somme modique (3,20 euros), on a ainsi l'occasion de voir des oeuvres qui sortent rarement du territoire américain... mais ne vous attendez pas à être totalement retournés par ces oeuvres !

A voir : La mythologie de l'Ouest dans l'art américain, 1830-1940, exposition au Musée des Beaux-Arts de Rennes, jusqu'au 18/05/08

PS : saviez-vous que Buffalo Bill était venu à Rennes, sur le Champs de Mars (Esplanade Charles de Gaulle) ? c'était en 1905 : une affiche est reproduite dans l'exposition, et l'on peut aussi voir un costume d'indien, avec de beaux drapeaux américains brodés sur la poitrine...

Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article