The road home, de Zhang Yimou

Publié le

Une simple histoire d'amour... "A la mort de son père, Lu Yusheng retourne dans son village natal du nord de la Chine. Bien que les temps aient changé, sa mère [Di] veut un enterrement conforme aux vieilles traditions chinoises. Yusheng se remémore des épisodes de la belle mais difficile histoire d'amour entre ses parents (...)"*.
D'un scenario qui pourrait être une simple et banale histoire à l'eau de rose, Zhang Yimou tire un film lumineux et d'une grand pureté, comme l'essence même d'un film d'amour.
Le parti pris formel est intéressant, car toutes les scènes qui se passent au présent sont filmées en noir et blanc, pendant que toutes les scènes qui racontent l'amour de Di et Luo Changyu, il y a 40 ans,  sont filmées en couleur.
Et quelles couleurs ! La rencontre des deux jeunes gens a lieu à la fin de l'automne, et nous avons droit à de superbes images de la campagne chinoise, souvent lorsque le soleil baisse : les jaunes, verts et rouges chauds dominent, dans lesquels se glissent les couleurs des vêtements de la jeune Di (veste rouge ou rose, noeuds de couettes verts pomme). Des couleurs vives, comme Di, une jeune femme très dynamique qui tombe sous le charme de Luo Changyu, le nouveau maître d'école, dès la première rencontre.
Les sourires qu'ils s'échangent dès cette première rencontre sont d'un grande beauté et simplicité, comme évidents. Di met alors en place un certain nombre de stratagèmes pour croiser le chemin du maître d'école : aller chercher de l'eau dans un puits près de l'école plutôt que dans le puits habituel, rencontrer le maître et sa classe "par hasard" sur un chemin de campagne... De petits stratagèmes traités de manière légère par le cinéaste, avec humour... De petits stratagèmes nécessaires, car Di est une "inculte" et ce serait un déclassement social pour l'instituteur d'envisager d'avoir une histoire avec elle.
Di met aussi tout son amour dans la préparation de plats pour les personnes qui construisent l'école, dont Luo Changyu, dans l'entretien de la classe en son absence... Ce sont ces gestes simples qui construisnet son amour... Mais Di ira jusqu'à mettre sa vie en danger pour atteindre cet amour... et c'est cette histoire qui explique l'obstination de Di, 40 ans plus tard, à vouloir que son mari soit enterré dignement, pour que leur amour se poursuivre à travers la mort... 
Un film d'un grande pureté, avec des acteurs d'une grand grâce (Zhang Ziyi respire la vie, Zheng Hao la sérénité), une caméra aérienne, une musique discrète qui souligne juste le récit... bref, un régal !

A voir : The Road Home (我的父亲母亲, Wo de fu qin mu qin) , de Zhang Yimou, 1999 (1 DVD Columbia Tristar)
* J'emprunte le résumé du film à la quatrième de couverture du DVD

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article