La passion selon Saint Jean, de J.-S. Bach, par le Choeur Anne de Bretagne, en la Cathédrale de Nantes, le 16/03/08

Publié le

flyer_passion600-copie-1.jpgLes passions composées par Jean-Sébastien Bach sont assez rarement données en intégralité. Pour prendre le cas de la Passion selon Saint-Jean, cela faisait 7 ans qu'elle n'avait pas été interprétée à Nantes.
Il faut dire que c'est une oeuvre de taille à laquelle on s'attaque : deux heures de musique, avec un choeur, un orchestre, des solistes... C'est ce défi qu'à relevé en cette mi-mars le
Choeur Anne de Bretagne, en la cathédrale de Nantes.
Cinquante choristes, près de vingt musiciens, quatre solistes, un chef d'orchestre, un écran permettant de suivre le déroulement de la Passion du Christ, qui raconte, rappelons-le en citant l'excellent petit livret distribué lors du concert "les souffrances et les supplices que Jésus a enduré avant et pendant sa crucifixion".
La Passion selon Saint a cette particularité de ne pas évoquer la résurrection du Christ... on assiste au déroulement d'une histoire assez implacable... "a straight story", aurait dit David Lynch (mais que vient-il faire ici ?), sans psychologie, sans considérations philosophies (ou si peu...), ce dont nous avons pu nous rendre compte grâce à la présence de l'écran sur lequel s'inscrivait le texte, illustré par des tableaux de circonstance.
Toutes les conditions étaient donc réunies pour écouter cette belle musique ; et il y en eut, de la belle musique. L'orchestre s'est distingué par sa précision et son énergie ; les solistes, notamment le ténor Serge Goubioud, par leur expressivité. A aucun moment on n'eut ce sentiment d'austérité que peut parfois faire naître en nous la musique baroque.
Malheureusement, le choeur pâtit de l'acoustique de la cathédrale : les voix étaient baignées dans un halo, semblant s'envoler vers les croisées d'ogives (qui culminent à 37,50 mètres de hauteur, si j'en crois Wikipédia).
On ne put donc goûter toutes les nuances de la musique de Jean-Sébastien Bach, mais c'est le genre de concert qui donne envie de réécouter cette oeuvre (et d'autres) dans des conditions optimales : dans son salon, dans une salle de concert...
On ne peut qu'être admiratif devant la puissance de l'édifice, sa majesté, mais à l'époque de sa construction, la cathédrale de Nantes n'a manifestement pas bénéficié des services d'un Compagnon du Devoir acousticien !
Peut-être d'autres auditeurs, placés à un autre endroit que moi, auront-ils eu une autre perception auditive de ce concert, mais les personnes qui m'entouraient étaient assez unanimes à ce sujet...
 
SNV31220.JPG

Publié dans Concerts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

choriste 29/04/2008 22:07

Merci pour ces compléments, cela confirme nos informations. Les enceintes se devaient d'être discrètes, c'est un concert classique avant tout : - delai ajusté à la milli seconde pour que le son arrive en même temps que l'orchestre ;- et le dimanche après-midi nous avions pris le parti d'être plutôt un peu trop discret qu'un peu trop fort.L'objectif n'était pas d'entendre le son par les enceintes, mais qu'elles complètent le son naturel 'direct' pour réduire la part d'écho acoustique qui donne cette impression de "halo". Dans une telle acoustique, on dépasse vite le champ critique, comme on l'appelle.Le lundi soir, nous n'avons plus eu d'échos d'"écho" de la part du public, et les enceintes n'étaient pas perceptibles pour autant, donc le réglage était certainement meilleur. La prochaine fois on essaira de bien viser dès le début !Bonne soirée.

un choriste 28/04/2008 21:13

au fait, le dimanche pm ou le lundi soir ?

29/04/2008 19:54


le dimanche après-midi !

François


choriste 28/04/2008 21:12

Oui, le concert bénéficiait d'un complément de sonorisation, justement à cause de l'acoustique, avec rappels au 2ème et 4ème piliers.Pour aller plus en détail, étiez-vous entre les enceintes ? ou bien à combien de mètres (ou de bancs ou de piliers) devant ou derrière vous étaient-elles ?

29/04/2008 19:54


je pense que j'étais placé un peu après le troisième pilier, au milieu de la travée de droite : je voyais les enceintes, mais je n'entendais rien en sortir...

François


un choriste 28/04/2008 19:59

Bonjour, concernant les observations au sujet de l'acoustique de la cathédrale, pouvez-vous indiquer où vous étiez placé ? Salutations.

28/04/2008 20:49


Bonjour,
j'étais dans la travée de droite, je dirais à une vingtaine de mètres du choeur (plus près de lui que du fond), donc pas si mal placé que ça, a priori. J'ai vu des enceintes : le concert était-il
sonorisé ? moi je n'ai vraiment pas bien entendu, et les gens qui étaient à côté de moi non plus... J'espère que vous trouverez une solution la prochaine fois !
François