Shock corridor, de Samuel Fuller

Publié le

shock-corridor.jpgQuel est l'intérêt aujourd'hui de parler d'un film datant de 1963 ? sans aucun doute sa modernité !
Shock Corridor a beau avoir été réalisé il y a 45 ans, c'est un film incroyablement actuel.
Voici l'intrigue :  un meurtre a été commis dans un hôpital psychiatrique. Johnny Barrett, ambitieux journaliste dont le rêve est d'obtenir un jour le prix Pulitzer, a l'idée de se faire interner dans cet hôpital pour trouver le coupable. Pour cela, avec le soutien de son patron, l'aide d'un psy, il travaille à se faire passer pour amoureux de sa soeur, jouée à contrecoeur par sa petite amie, Cathy.
Ce film est l'occasion de faire le portrait de grands malades : un fou d'opéra, énorme et inquiétant, qui a tué sa femme ; un autre interné se prend pour un général sudiste de la guerre de la Sécession ; un noir se prend pour un des membres fondateurs du Ku Klux Klan ; un prix Nobel a regressé à l'âge de six ans ; plusieurs séquences de délire sont intégrées au film, en couleur (coupées lors de la sortie en France) et avec des images déformées pour certaines, ce qui rend palpable le malaise des personnages. Baxter passe aussi par les mains de nymphomanes qui abusent de lui.
Peu à peu, la folie de ses congénères semble contaminer Barrett : l'usage d'une voix intérieure rend cela d'autant plus flagrant, de même que des scènes de rêves ou des images de sa petite amie lui apparaissent. La charge érotique de la profession d'appoint de Cathy (strip-teaseuse), prend alors tout son sens.
En regardant ce film, on pense bien sûr à Vol au-dessus d'un nid de coucou, de Milos Forman qui, bien que réalisé 12 ans plus tard, est selon moi beaucoup plus daté du point de vue de la manière de filmer.
En voyant ce film de Samuel Fuller, on pense à l'énergie des premiers films de Kubrick, aux films tirés de l'oeuvre de Tennesse Williams (Soudain l'été dernier, de Joseph L. Mankiewicz).
Les acteurs ne sont pas connus, mais sont tous parfaits, que ce soit ceux qui interprètent les personnages principaux ou ceux qui interprètent les personnages secondaires.
L'excellent éditeur  Wildside a resorti le film dans sa collection "Les introuvables", et c'est vraiment un film à découvrir.

A voir : Shock corridor, de Samuel Fuller (1963), un DVD Wildside.

PS : un grand merci à monsieur M., qui m'a prêté de ce DVD.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article