Légendes d'automne, de Jim Harrison

Publié le

harrison.jpgPublié en 1979, Légendes d'automne est un ouvrage de Jim Harrison composé de trois longues nouvelles (ou trois courts romans). Comme le dit excellement le traducteur Serge Lentz dans sa brève préface, "ces trois légendes  traitent essentiellement de vengeance, de doute et de rédemption". Un peu plus loin , il écrit  que "notre monde n'a de civilisé que les apparences. Le reste n'est que massacre et compromission".
C'est en effet ce qui marque dans ces trois nouvelles : les sentiments éprouvés par les personnages sont ceux que vous et moi pourrions connaître, mais ils entraînent des violences assez inimaginables pour nous.
Dans "Une veangeance...", un ancien pilote de l'air tombe amoureux de la femme d'un ami, qui est par ailleurs lié à un milieu des plus louches. A quarante ans passés, l'ex-pilote découvre l'amour : " il se versa un verre, réalisant qu'il ne s'était jamais senti aussi entier, aussi vivant et aussi totalement libre" (p.46).
La découverte de l'adultère entraîne la vengeance de ce mafioso, sur fond de Mexique ; pour autant il n'a pas la conscience tranquille, ce qui le ronge, pendant que l'ex-pilote se refait une santé après un sévère passage à tabac. Cela pourrait être un scenario hollywoodien, mais il y a une noirceur dans le propos et une fin (que je ne vous révèlerai pas !) qui l'éloigne des clichés hollywoodiens.
C'est une des vertus du roman américain de transcrire en action des sentiments. Cela peut aussi en être la limite, comme dans "l'homme qui abandonna son nom", pourtant la nouvelle que je préfère de ce recueil.
Elle met en scène Nordstrom, un quadra qui a fait sa carrière dans le milieu du pétrole ; tout le récit traite de la manière dont il va se remettre à goûter la vie, après le divorce d'avec sa femme. Jusque là totalement consacré à sa vie professionnelle, il va peu à peu prendre conscience des carcans dans lesquelles il s'est enfermé ; un lent retour à la vie qui passe par la danse, la fréquentation des amis de sa fille, la cuisine... une nouvelle extrêmement sensible, seulement gâchée, de mon point de vue par un épisode de chantage un peu trop rocambolesque.
La dernière nouvelle "Légendes d'automne", celle qui s'ancre le plus strictement dans l'action, est aussi la plus convenue. Rien d'étonnant qu'Hollywood en ait tiré un film (avec Anthony Hopkins, Brap Pitt, entre autre). Il y a le souffle de l'épopée dans cette nouvelle, qui met en scène trois frères qui s'engagent dans l'armée américaine lors de la Première Guerre Mondiale. Les sentiments sont forts (l'amour fraternel, la jalousie), mais les événements qui rythment la vie sont trop extérieurs aus personnages pour qu'on soit réellement touché. Il aurait fallu que Jim Harrison prenne plus d'espace pour approfondir ces personnages. On aurait alors eu droit à une grande saga familiale du style Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell...
Bref, un recueil qui vaut essentiellement, de mon point de vue, pour la nouvelle centrale, qui est (presque) un petit chef d'oeuvre.

A lire : Légendes d'automne, de Jim Harrison, traduit par Serge Lentz, collection 10/18, domaine étranger, 1979, 287 pages

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Liza 10/01/2008 13:25

Ah, je n'ai pas lu mais vu "légendes d'automne". Très beau film. Et c'est vrai que ça sent bon le vrai roman américain...