Histoires fantastiques pragoises, de Gustav Meyrink

Publié le

meyrink.jpgLe nom de Gustav Meyrink ne vous dit peut-être rien. On lui doit pourtant quelques romans "fin-de-siècle" tels que Le Golem, La nuit de Walpurgis...
Banquier d'origine allemande installé à Prague à la fin du XIXème siècle, son nom sera éclaboussé par un scandale financier. Il en gardera à jamais une haine viscérale, teintée d'une très forte fascination pour la capitale de l'actuelle République Tchèque.
Dans ce recueil de nouvelles et de chroniques, on retrouve cette fascination pour Prague. Il en fait une ville maléfique, mortifère, peuplée de personnages inquiétants, de savants fous, de Persans aux pratiques étranges, de sociétés secrètes.
Toutes ses histoires sont baignées dans une atmosphère pesante, où la réalité devient rapidement cauchemardesque. Des visions de viscères mêlées au minéral, de machines humaines peuplent ses pages.
En quelques lignes, Meyrink arrive à créer un univers sombre, bien dans l'air du temps : on sent à la fois l'influence de la psychanalyse, qui venait de naître, de la science (le positivisme n'était pas bien vieux) et du spiritisme (en réaction au positivisme). Un savant cocktail à ne pas laisser entre toutes les mains...
Je ne sais s'il s'agit d'un pur fantasme de Meyrink, mais ceux et celles qui l'auront lu avant de se promener by night dans les rues pragoises, auront sûrement un léger frisson !

A lire : Histoires fantastiques pragoises, de Gustav Meyrink, traduit par Jean-Jacques Pollet, GF Flammarion, 2006, 224 pages.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article